domingo, 9 de diciembre de 2007

Authentic - Solutions News

Les dejo las versiones en inglés y frances del artículo donde expresé mis conclusiones sobre la Conferencia Internacional de la OMA en Buenos Aires, ... realizadas por Authentic-Solutions para su sitio en Internet.

Versión en inglés
Roberto Porcel, a Porcel & Cabo associate, draws the leading conclusions of the International Conference of fight against counterfeiting and piracy. Section Authentic Solutions, Tue, 20 Nov 2007 19:29:57 +0100
Source : Roberto J. Porcel, Porcel & Cabo Abogados

The World Customs Organization and the Argentinian customs service organized a conference on Intellectual Property which was held in Buenos Aires on November 8 and 9, 2007

Roberto Porcel, World Custom Organisation, WCO

Authentic Solutions in Buenos Aires.

The conference brought together law experts from a large number of brands of public and private sectors. A lot of them were coming from other Latin American countries, like Brazilian and Paraguayan customs directors - Paraguay being notoriously very impacted by the issue. There were also representatives from industrial sectors like Procter& Gamble, Honda, LVMH and Beiersdorf, among others. From the institutional soapbox, OECD director on structural reforms made a clear presentation whereas WHO representative enunciated ambiguities in his speech, a choice deplored by many.

The outcome of the conference was that the private sector seems to have understood to some extend that it needs to cooperate more actively in the fight against the problems of counterfeiting and piracy. The need of penalizing fraudulences more heavily, notably medication frauds, was also reemphasized.

Roberto Porcel, a Porcel & Cabo firm associate and an intellectual property specialist, summarized the two-day conference without stonewalling, and has kindly allowed Authentic Solutions to rebroadcast the following press release taken from a daily Argentinian online newspaper.

« A lot of things have already been said on the conclusions of the International Conference organized by the World Customs Organization (WCO) with the Argentinian customs cooperation. For that reason, I will not repeat concepts, but I will rather use this space to give some more details about what happened there, since I was present at the conference.

Let us start by making out the world position into which Argentinian Customs were put by current DGA authorities (General Delegation for Ordonance). It must be said that Customs’ image has not always been a positive one; on the contrary, it has mainly generated comments about conflicts and corruption.

However, nowadays, thanks to its General Director or to the customs control deputy managing director, Silvina Tirabassi, it has been possible, not only to reverse that image, but also to become an example for several other Customs in the world, at least for its efficiency in the fight against counterfeiting and smuggling.

In this direction,while he was in Buenos Aires, Michel Danet, the World Customs Organization secretary-general, was received at the Casa Rosada, seat of government, by Argentina’s vice-chair in absence of the President, and expressed that measures adopted for more Customs control, under Ricardo Etchegaray’s management, were both excellent and reformist. The WCO’s secretary-general added that « such a policy made Argentina a bridge between Latin America and Europe. »

In my view, it is also important to underline the excellent links between world Customs. I have had the privilege to witness that as a matter of fact, Regional Directors do not work isolated from each other but fully communicate and collaborate with each other as well as with other regional and local Interpol representatives.

Besides, other General Directors have mostly noticed the close cooperation achieved by Argentinian Customs with the private sector. In that way, Clecy Busato Lionco, Brazil’s Customs General Director pointed out that her country was trying to make people aware of risks that such offenses involved in order to make consumers change attitude. Consequently, she has established December 3rd as « official Day of fight against piracy and destruction of all illicit goods seized ». On that day, everybody must become aware that piracy is a severe offense.

As for herself, Margarita Diaz de Vivar, Paraguay’s Customs General Director, was most applaused by the hearing and asked for more participation from brand owners. She lamented never being supported by the private sector in moments when it should be defending and backing Customs actions.

She also asked for brand owners to become more involved in countries fighting counterfeiting. She questioned the fact that while China was the first responsible for 70% of counterfeits pouring forth, it also welcomed most important brands, allowing the development of products which afterwards would be counterfeited.

WCO’s Christopher Zimmermann drew attention to the fact that every two seconds, a container left China, and that there were only a million Customs officers in the whole world to control those loadings. Only imagine what a small country like Paraguay can do.

All of them agreed with Clecy Busato Lionco when she exposed that « counterfeiting created intense cashflow and joined forces with more potentially dangerous evils like arms trafficking, money laundering and terrorism ». For that reason, Ricardo Etchegaray argued that fighting counterfeiting was not only portentous for tax collection but also for the protection of health, security, people’s safety and consumers’ rights.

Those who are not used to consider counterfeiting and piracy as offenses worth suing once more showed their opposition to the penal reform, although this had been asked for and advised by all sectors. For them, the matter ought to be kept within the frame of Customs legal action at borders, regardless of legislation and offense made inside borders.

Obviously, those people, even if they are not many and notwithstanding their facilities, want to reject the whole fight and responsibilities to the public sector, giving up the part that should be theirs because they are not familiar with criminal law and its actual use, but also because they have no interest in changing the code of conduct for legal proceedings.

However, those who put their own interest above their country’s and clients’ are less and less numerous ; anyhow, policies like the ones which have just been set by the highest State authorities against smuggling and in favour of exportations and the development of small businesses (SMEs) will finally defeat the bad habit of standing in the way of progress in order to cling to one’s private interests.

A very good example of this is the ratification of the Madrid Protocol recommended and promoted by the Lower Chamber at the initiative of deputee Jorge Landau.

According to OCDE’s figures given by Marcos Bonturi, its Head of Division of Structural Policy, which only took into account cleared goods in international trade - and not digital piracy, illegal products made and consumed inside countries or immaterial products -, losses amounted to €200 billion in 2005.

However, according to the WCO, and taking into account all parameters, losses rather amounted to €500 billion. For pharmaceuticals, 10% of those circulating in developed countries are counterfeits, or 20% for less developed countries, losses amounted to $35 million. In 2010, they are expected to amount $75 million.

About music piracy, approximately 26,000,000 albums are counterfeited as far as Argentina is concerned, and losses amount to about 600 million pesos, according to Dr Javier De Lupi, a CAPIF representative (Argentinian Music Industry), though by considering losses only in terms of VAT not being collected, those amount to 126 million pesos.

To conclude, I will repeat what WCO’s secretary-general called upon at the conference closing ceremony: asking all sectors to bear justice in mind and really grow aware that counterfeiting and piracy are serious offenses.

There is no doubt that to do so, it is necessary to amend current legislation, in relation with the way penal code takes counterfeiting into account. In truth, if no law condemns the offense, judges will still not pay attention to it, and without legal response, brand owners will refuse to appeal to justice.

Therefore, life would be easy for offenders and as Michel Danet expressed at the beginning of the conference, the battle would be lost. »

Roberto J. Porcel
Porcel & Cabo Abogados

Versión en Francés
Roberto Porcel, Associé de Porcel Cabo tire les principales conclusions de la Conférence International de lutte contre la Contrefaçon et la piraterie. Rubrique Authentic Solutions, daté du Tue, 20 Nov 2007 19:29:57 +0100
Source : Roberto J. Porcel, Porcel & Cabo Abogados

A l’instigation de l’Organisation Mondiale de Douanes et du Service des Douanes Argentines s’est tenu à Buenos Aires, du 8 au 9 Novembre 2007, une conférence sur la Propriété Intellectuelle.

Authentic Solutions à Buenos Aires.

Cette conférence réunissait un grand nombre d’experts en droit des marques du secteur public et privé, débordant largement des frontières de la puissance invitante, puisqu’il y avait là les directeurs des douanes brésiliennes, paraguayenne -, et on connaît pour ce dernier pays singulièrement l’enjeu que cela représente-, mais aussi des représentants des secteurs de l’industrie, telle que Procter& Gamble, Honda, LVMH, Beiersdorf et d’autres. A la tribune des institutionnels on a pu entendre la claire présentation du Directeur des réformes structurelles de l’OCDE et soupirer parfois sur les ambiguïtés du représentant de l’Organisation Mondiale de la Santé.

Il ressort de la conférence que le secteur privé semble avoir pris conscience de façon plus affirmée de la nécessité d’être un partenaire, éventuellement quelque peu plus proactif dans la lutte contre ce fléau. La nécessité d’œuvrer à une pénalisation plus forte de la fraude, notamment lorsqu’il s’agit de médicament s’est elle aussi fait entendre.

Roberto Porcel, associé de la Firme Porcel & Cabo, spécialiste émérite en matière de propriété intellectuelle a résumé sans langue de bois, le contenu de ces deux jours et nous a autorisé à reproduire ici cette tribune parue dans les colonnes d’un quotidien en ligne argentin.

Roberto Porcel, Asoccié de Porcel Cabo tire les principales conclusions de la Conférence International de lutte contre la Contrefaçon et la piraterie.

« Beaucoup de choses ont d’ores et déjà été dite sur les conclusions issues de la Conférence Internationale organisée par l’Organisation Mondiale des Douanes Argentines (OMA) avec la collaboration des Douanes argentines.

De ce fait, je ne reproduirai pas de concepts, mais je profiterai plutôt de cet espace pour fournir quelques détails plus intimes de ce qui s’y est passé, compte tenu de ma présence à l’événement.

Je commencerais par distinguer la position dans laquelle les actuelles autorités de la DGA ont placé les Douanes Argentines dans le monde. Il nous faut reconnaître que la Douane n’a pas toujours été associée à une image positive ; bien au contraire, elle a presque toujours été source de commentaires portant sur des conflits et de la corruption.

Aujourd’hui, en revanche, grâce au rôle de fonctionnaires tel que son Directeur Général, ou d’autres, telle que la Sous Directrice Générale du Contrôle Douanier, Silvina Tirabassi, il a été possible, non seulement d’inverser cette image, mais encore, plusieurs autres douanes dans le monde prennent exemple sur ce modèle à suivre, au moins pour ce qui est de son efficacité dans le cadre de la lutte contre la contrefaçon et le commerce illégitime.

En ce sens là, le Secrétaire Général de l’Organisation Mondiale des Douanes (OMD), Michel Danet, a manifesté au Vice-président de la Nation, étant reçu par celui-ci, dans le Palais du Gouvernement, en l’absence de Monsieur le Président de la Nation, au cours de son séjour à Buenos-Aires, que les mesures qui ont été adoptées pour le contrôle des douanes, avec la gestion de Etchegaray ont été excellentes et rénovatrices. Le Secrétaire Général de l’OMD a ajouté « avec des politiques, telles que celles qu’applique l’Argentine, le pays s’est converti en pont entre l’Amérique Latine et l’Europe. »

Un autre aspect qu’il m’apparaît utile de distinguer est la très bonne relation entre les différentes douanes du monde. J’ai été un témoin privilégié de l’excellente relation qu’entretiennent les différents Directeurs Régionaux, non seulement entre eux, mais aussi avec les représentants régionaux et locaux de Interpol. Il est évident qu’ils ne travaillent pas de façon isolée, mais qu’ils communiquent pleinement et collaborent entre eux.

Néanmoins, ce qui a le plus attiré l’attention des différents Directeurs Généraux, c’est l’étroite collaboration qu’a réussi à atteindre la Douane Argentine pour interagir avec le secteur privé.

Abondant en ce sens, la Directrice Générale des Douanes du Brésil, Clecy Busato Lionco a signalé que son pays est en train d’essayer de conscientiser la population sur le risque que fait porter ce délit, afin de changer la conduite des consommateurs. A cette fin, elle a instauré le 3 Décembre comme « le Jour de la lutte contre la piraterie et la destruction de toutes les marchandises illicites saisies ». Ce jour là, tout le pays s’occupe de piraterie et prend conscience de sa gravité.

De con côté, la Directrice Général des Douanes du Paraguay, Margarita Diaz de Vivar, qui a obtenu, les applaudissements les plus nourris de l’audience, a réclamé une plus grande participation des détenteurs des marques. A cet égard elle a déploré n’avoir jamais pu compter sur le support du secteur privé au moment de devoir défendre et soutenir les actions de la Douane.

Elle a également réclamé un plus grand investissement des détenteurs des marques dans les pays luttant contre la contrefaçon. Elle s’est interrogée sur le fait que la Chine, tout en étant le plus grand responsable du déversement de 70% des produits contrefaits, reçoit la part la plus importante des marques, pour développer dans ce pays les produits qui ensuite seront contrefaits.

Il nous faut prendre en considération, comme l’a fait remarquer Monsieur Christopher Zimmermann, de l’Organisation Mondial des Douanes, que de Chine s’exporte toutes les 2 secondes un container. Et il n’y a qu’un million de douaniers dans le monde entier pour contrôler ces embarquements. Imaginez vous ce que peut faire un petit pays comme le Paraguay.

Là où tous ont coïncidés, c’est sur le fait que « la contrefaçon génère un flux intense d’argent et s’associe à des crimes dont le potentiel agressif est plus important, comme le trafic d’armes, le blanchiment d’argent et le terrorisme » comme l’a très bien manifesté Madame Clecy Busato Lionco, au cours de son exposition.

C’est pour cela, comme la soutenu Etchegaray, que le combat contre la contrefaçon n’est pas seulement capital dans le cadre de la collecte des impôts, mais aussi pour protéger la santé, la sécurité, la sécurité de la population et des droits des consommateurs.

Ceux qui ne sont pas habitués à poursuivre pénalement la contrefaçon et la piraterie, ont donné une fois de plus la note, en manifestant leur opposition à la réforme pénale, laquelle a été demandée et conseillé par tous les secteurs.

Ils auraient préféré contenir la poursuite dans le cadre de l’action des douanes par elle-même à la frontière, faisant fi de la législation et du délit commis à l’intérieur des frontières.

Il est évident que ce petit secteur, quoique doté de grandes structures, prétend reléguer la lutte et la responsabilité dans le secteur public, renonçant à assumer le rôle qui lui correspond, n’étant tout simplement pas familiarisé avec le droit pénal et sa pratique. Mais aussi parce qu’il n’est pas de leur intérêt de revoir le code de poursuite pénale.

Mais ils sont à chaque fois un peu moins nombreux, ceux qui mettent en avant leurs intérêts par-dessus les intérêts de leur pays et de leurs propres clients ; en tout état de cause, les politiques comme celles qui viennent d’être fixées par les plus hautes autorités de l’état, contre le commerce illégitime et en faveur des exportations et du développement de nos PME, vont finir par déraciner cette mauvaise habitude consistant à faire obstacle aux normes qui bénéficient au genre pour préserver les intérêt de l’espèce.

La ratification du Protocole de Madrid conseillé et promue depuis la Chambre Basse à l’initiative du député Jorge Landau est la preuve de ce que je manifeste.

Prenons en compte, comme la signalé Monsieur Marcos Bonturi, chef de la Division de la Politique Structurelle de l’OCDE (Organisation pour la Coopération Economique et le Développement) qu’en ne prenant en compte que les biens dédouanés du commerce international, sans prendre en considération la piraterie digitale, ni prendre en considération les produits [illicites] fabriqué et consommé à l’intérieur des pays, pas plus que les produits intangibles, les pertes considérées par l’OCDE au cours de l’année 2005 ont atteint les 200 milliards d’euros.

Selon l’organisation mondiale des douanes le chiffre s’élève à 500 milliards d’euros en considérant la situation globale. Pour le secteur du médicament en tenant en compte du fait que 10% des médicaments qui circulent dans les pays développés sont faux, chiffre atteignant les 20% pour les pays moins développés, les pertes s’estiment en à 35 millions de dollars. Pour l’année 2010, ce chiffre atteindra les 75 millions de dollars.

En ce qui concerne la contrefaçon musicale, selon les projections fournies par le Dr. Javier De Lupi, représentant de la CAPIF, les pertes si l’on considère qu’il se falsifient autour de 26.000.000 de disques, tournent autour des 600 millions de pesos, pour l’Etat. En ne considérant que la perte liée à la non collecte de la TVA cette somme s’élève à 126 millions de pesos.

Finalement, pour conclure, je reprends ce qui a été sollicité lors de la clôture des journées par le Secrétaire Général de l’Organisation Mondiale des Douanes, rappeler tous les secteurs à la justice afin qu’ils prennent véritablement conscience de la gravité associée à la falsification et à la piraterie.

Pour se faire, sans aucun doute, il est nécessaire de modifier la législation actuelle, en relation à la façon dont le code pénal contemple la contrefaçon. En effet, s’il n’y a pas de loi qui condamne le délit, les juges continueront à ne pas lui accorder l’attention qu’il mérite et les titulaires des marques refuseront de faire appel à la justice, en l’absence de réponse.

Le corollaire, étant que les délinquants continueront à vivre à l’aise, et comme l’a exprimé au début de la conférence Monsieur Michel Danet, la bataille sera perdue. »

Roberto J. Porcel
Porcel & Cabo Abogados

No hay comentarios.: